Affaire Noisy-le-Grand

Noisy-le-Grand : la version des policiers contredite par la vidéosurveillance

Grâce à des images exclusives de vidéosurveillance, INDEX et Le Media révèlent qu’un jeune homme, dont la vidéo d’interpellation avait suscité un tollé sur les réseaux sociaux, a été victime de nombreux coups supplémentaires. Les images que nous publions contredisent la défense des policiers.

Publié le 26.09.2021

Date de l’incident

17.09.2021

Lieu de l’incident

Noisy-le-Grand (93), France

Conséquence(s)

Mutilation

Partenaire

Le 17 septembre 2021, Moussa*, un jeune habitant de Noisy-le-Grand, en banlieue parisienne, se fait violemment interpeller par des agents de police.

La scène est captée par le téléphone d’un témoin. Dans la vidéo, qui fait rapidement le tour des réseaux sociaux, on aperçoit Moussa, maintenu à terre par deux agents, puis brusquement frappé par un troisième policier, qui lui assène des coups avec ses poings et ses pieds à la tête.

Les images ayant suscité l’indignation, la préfecture de police de Paris à décidé d’ouvrir une enquête. De leur côté, les agents mis en cause ont porté plainte contre Moussa pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique et menace de commettre un crime ou un délit.

INDEX et Le Média ont eu accès aux images des caméras de vidéosurveillance postées à l’endroit où s’est déroulée l’interpellation de Moussa, que nous avons analysées et que nous publions aujourd’hui en exclusive. Non seulement elles démentent la version policière, mais prouvent également que Moussa a fait l’objet de violences encore plus importantes que celles montrées par la vidéos qui avait été diffusée sur les réseaux sociaux.

*Le prénom a été modifié.


Voir aussi

Tous les quinze jours, recevez nos dernières publications dans votre boîte mail. Inscrivez-vous à la nouvelle Newsletter d'INDEX :

Soutenez-nous →